Salle de presse

29 May 2015

États-Unis : vers des ALE avec l’Afrique subsaharienne ?

Les sénateurs Chris Coons (Delaware) et Jim Inhofe (Oklahoma) ont déposé, le 19 mai 2015, un projet de loi intitulé « Africa Free Trade Initiative Act » – en tant qu’amendement au projet de législation sur l’autorité de promotion du commerce (Trade Promotion Authority) actuellement discuté par le Sénat. Ce dernier vise à charger le président américain d’établir un plan pour négocier et conclure des accords de libre-échange (ALE) avec les pays d’Afrique sub-saharienne.

Selon les deux sénateurs, le temps est venu d’approfondir les relations commerciales avec les pays d’Afrique subsaharienne de manière bilatérale. « Puisque les économies africaines sont, au 21ème siècle, en train de mûrir, les relations commerciales entre ces dernières et les États-Unis devraient faire de même », a déclaré Inhofe lors de sa présentation de cet amendement.

L’amendement semble aussi répondre à certaines préoccupations face à l’engagement croissant d’autres acteurs majeurs dans la région, alors que les États-Unis ne se sont jusque-là montrés que peu ambitieux.


Les PMA soulèvent la question des règles d’origine à l’OMC

Les PMA ont soumis aux membres de l’OMC un document, intitulé « Éléments de discussions sur les règles d’origine préférentielles pour les PMA », lors de la réunion du 30 avril du comité sur les règles d’origine. Ce dernier, présenté par le Bangladesh au nom du groupe des PMA,  vise à stimuler une discussion concernant la mise en œuvre de la décision ministérielle de Bali sur les règles d’origine (RO).

L’objectif consiste à faire avancer l’implémentation de ladite décision et, en définitive, à améliorer l’accès au marché des produits originaires des PMA.  Actuellement, les RO sont établies unilatéralement sans aucune harmonisation, ce qui crée des difficultés pour les PMA, en les forçant à s’adapter à une palette de règles différentes en fonction du marché d’exportation.

En particulier, le document soumis par les PMA appelle à des RO adaptées à leur capacité de production limitée, et aux nouvelles exigences des chaînes de valeur. Il reconnaît également l’impact positif de certaines réformes, comme dans le cas de l’UE et du Canada.

 
La CEMAC met en œuvre la libre circulation des personnes

La libre circulation des personnes est devenue effective au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).  La décision, prise par les chefs d’État de la région lors de la 12ème session ordinaire du 6 mai 2015,  supprime donc les visas pour les ressortissants des six pays de la communauté avec effet immédiat.

Les chefs d’État de la CEMAC se sont également engagés à poursuivre le processus d’intégration régionale en vue de concrétiser l’aspiration à une zone communautaire totalement intégrée. « Il n’y a pas d’alternative crédible à l’intégration, qui est une nécessité historique, une réponse au morcellement hérité, une condition du développement dans un contexte mondialisé, où seuls les grands ensembles pèsent », a déclaré Pierre Moussa, président de la commission de la CEMAC.

 
L’Afrique contre le commerce illégal d'espèces sauvages

Les chefs d’État, experts et décideurs africains, réunis dans le cadre de la Conférence internationale sur l'exploitation illégale et le commerce illicite des produits de la faune et de la flore sauvages d'Afrique, tenue du 27 au 30 avril à Brazzaville, ont souligné l’urgence de coordonner les efforts en matière de lutte contre le trafic illégal d’espèces naturelles en Afrique. L’évènement a abouti à des projets de stratégie et de plan d'action d’ampleur continentale pour réduire et si possible éradiquer le commerce illicite des espèces animales et végétales sauvages.

Dans un geste symbolique clair, la République du Congo a profité de la conférence pour brûler l’intégralité de ses stocks d’ivoire saisi, le tout alimenté par un brasier d’essences de bois également saisies dans la lutte contre le commerce illicite.

This article is published under
29 May 2015
Régionalisme transformatif, commerce et défi de la réduction de la pauvreté en Afrique (en anglais) – CNUCED – Mai 2015 Ce document préconise un changement de modèle en matière d’intégration...
Share: 
29 May 2015
Réunis le mardi 19 mai à Accra (Ghana), à l’occasion de leur 47ème session ordinaire, les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO se sont réjouis des succès importants enregistrés par la région...
Share: